5 juin : célébrons la Journée mondiale de l’environnement !

Journée mondiale de l’environnement

L’édition de 2023 est sous le thème « combattre la pollution plastique »

La Journée mondiale de l’environnement est organisée depuis 50 ans par l’Organisation des Nations Unies (ONU). Depuis sa fondation en 1973, la Journée mondiale de l’environnement est une journée dédiée à la sensibilisation du public à l’égard des enjeux liés à l’environnement, comme la protection des océans, des forêts et de la faune. Elle agit comme un forum de discussion sur des sujets importants entourant la protection des écosystèmes, alors que la protection de l’environnement devient un sujet de plus en plus important dans la société. La Journée mondiale de l’environnement 2023 a pour thème la lutte contre la pollution plastique

Pourquoi célébrer la Journée mondiale de l’environnement ?

La Journée mondiale de l’environnement incite les gouvernements et les entreprises à accélérer l’implantation de mesures concrètes pour limiter à 1,5 degré Celsius le réchauffement de la planète. La Journée mondiale de l’environnement 2023 veut accélérer le recours à une économie circulaire afin de contrer la pollution plastique de nos environnements, comme celle présente dans nos océans. L’ONU estime que « 19 à 23 millions de tonnes de plastique finissent dans les lacs, les fleuves et les océans chaque année ». Dans le même ordre d’idées, à peine 10 % du plastique total produit par année est recyclé : cela représente environ 40 millions de tonnes.

Force est de constater que nous produisons plus de plastique que ce que nous sommes capables de recycler, notamment à cause du fait que les pays dans lesquels est exporté le plastique ne sont pas tous équipés pour le recycler ou que sa composition fait en sorte qu’il n’est tout simplement pas recyclable. L’exemple le plus flagrant est le plastique à usage unique qui n’est pas toujours recyclable ou, lorsqu’il l’est, pourrait faire l’objet d’une alternative plus verte et même compostable !

#CombattreLaPollutionPlastique

Nous produisons chaque année assez de plastique pour remplir plus de 21 millions de conteneurs intermodaux qui servent au transport des marchandises par bateau et par train ! S’ils étaient attachés les uns aux autres, ils feraient trois fois le tour de la terre. Si nous continuons à en produire autant, le plastique va tripler d’ici 2060. L’année prochaine, en 2024, le plastique pourrait atteindre 19 % des émissions mondiales totales de gaz à effet de serre si nous ne prenons pas les choses en main. Sans surprise, c’est le plastique à usage unique qui est le plus populaire. En 2019, c’est 67 % de la production de plastique mondiale totale qui lui était destinée. Cela représente 238 millions de tonnes. À titre de référence, le centre de tri de Saint-Michel opéré par Ricova traite annuellement environ 100 000 tonnes de matières recyclables provenant principalement des collectes municipales montréalaises, ce qui en fait le plus important centre de tri de la région métropolitaine.

Pourquoi le plastique est-il une telle nuisance ?

C’est l’une des questions posées par le rapport produit par l’ONU qui explique le choix du thème de la Journée mondiale de l’environnement 2023. Les enjeux reliés à notre économie basée sur le recours systématique au plastique sont les suivants :

  1. Les structures en place privilégient la production de plastique à usage unique au détriment des contenants et des produits durables ou réutilisables. Les ressources ne sont pas utilisées à leur plein potentiel.
     
  2. La gestion des systèmes de collecte des matières résiduelles fait en sorte que, dans certains pays, ils sont mal réglementés et ne font pas l’objet d’un suivi assez serré par les municipalités. Les compagnies de recyclage sont garantes de la valeur de chaque produit sur le marché autant local qu’international, valeur qui fluctue d’ailleurs énormément au gré de l’offre et de la demande. Cela fait en sorte que certains produits sont plus favorisés que d’autres, tout dépendant de leur valeur sur le marché.

  3. Le manque d’incitatifs pour favoriser la création de nouvelles solutions innovantes. Encore trop de modèles d’affaires sont basés sur l’utilisation du plastique lorsqu’il est question de l’emballage.

  4. La capacité des infrastructures locales n’est pas prise en compte lorsqu’un produit est créé et mis en marché, celui-ci étant souvent destiné à un marché international. Toutefois, la capacité de certaines régions de réellement recycler un produit qui arrive sur son marché est inégale.

  5. Les données sur le plastique sont insuffisantes. Il n’existe pas de définition acceptée mondialement ni de standards uniformes sur la production, la consommation et l’impact sur l’environnement. Le manque de données fait en sorte qu’il n’est pas possible de réellement décrire et documenter convenablement le cycle de vie du plastique.  

Comment faire la guerre au plastique ?

Le rapport produit par l’ONU en l’honneur de la Journée mondiale de l’environnement 2023 met de l’avant les bénéfices de l’économie circulaire en reprenant les principes souvent mis de l’avant par le mode de vie zéro déchet. Quels sont-ils ?

  1. Réduire (notre consommation de plastique)
  2. Réutilisez (nos contenants, nos sacs, etc.)
  3. Recyclez (ce qui peut l’être!)
  4. Optez pour des alternatives vertes (au lieu du plastique)
     

Selon les conclusions du rapport, l’ONU avance que d’opter pour une économie circulaire pourrait nous faire économiser entre 130 et 200 milliards de dollars par année d’ici 2040. Ces économies résultent principalement de la réduction de la production et de la transformation des matières plastiques et de l’augmentation de sa valeur sur le marché considérant les alternatives qui pourraient être développées.

Que ferez-vous pour souligner la Journée mondiale de l’environnement 2023 ?

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions :
Partagez avec votre réseau :
Facebook
LinkedIn
Courriel
Ricova

Ricova

Fondée en 2001, Ricova est l’entreprise entièrement québécoise la plus intégrée pour ses services de collecte, de tri et de valorisation de matières résiduelles et recyclables. Les matières recyclables et organiques représentent plus de 70 % des matières qu'elle collecte et transporte au Québec. Grâce à plus de 20 ans d’expérience dans le domaine, Ricova est soucieuse de protéger l’environnement en soutenant les solutions les plus écologiques qui permettent d’optimiser ses opérations et obtenir davantage de valeur pour les matières recyclées.
Un emploi
chez Ricova!
Découvrez des possibilités d’emplois à la hauteur de vos ambitions !
Article récent :
Gaspillage alimentaire à Halloween

Gaspillage alimentaire à Halloween

Gaspillage alimentaire à Halloween - Comment en réduire les effets indésirables pour une Halloween respectueuse de l'environnement.
Faites votre demande de soumission auprès de nos professionnels et commencez à planifier votre collecte dès aujourd’hui !